20080309_110819_g Extrait des nouvelles du jour

Les Québec y goûte

Accidents, autoroutes fermées, pannes électriques...

La pire tempête de l’hiver, qui a balayé le sud de la province et qui souffle maintenant sur le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie, a paralysé une bonne partie de la province.

Les importantes chutes de neige ont bloqué plusieurs routes et autoroutes, et les vents violents ont provoqué des bris dans les installations d’Hydro-Québec provoquant de nombreuses pannes électriques. Des milliers d'abonnés de la société d'État ont été privés d'électricité.

Dans plusieurs régions de la province, notamment à Montréal et à Québec, la poudrerie et la neige ont causé de nombreuses sorties de route, provoqué des accidents et rendu la visibilité nulle. Des automobilistes ont même dû abandonner leurs voitures aux abords des autoroutes.

Des tronçons des autoroutes 20 et 40 ont été fermés à la circulation sur des centaines de kilomètres et de nombreuses routes sont encore impraticables partout au Québec.

L’autoroute 20 est d’ailleurs toujours fermée entre Lévis et Gaspé, de même que la 132.

La tempête est maintenant chose du passé pour la plupart des régions du Québec.

On n'attend plus que des neiges résiduelles dans l'est du Québec.

La tempête a laissé des quantités importantes de neige dans l’ouest du Québec. Quelque 30 centimètres de neige sont tombés à Montréal.

Certains secteurs de l’Outaouais ont reçu jusqu’à 51 centimètres de neige.

Des rafales à 90 kilomètres-heures ont aussi soufflé pendant la nuit de samedi à dimanche. À l’île d’Orléans, les rafales ont atteint les 133 kilomètres-heure.

Des records de précipitations de neige sont sur le point d'être battus partout au Québec. On approche notamment les 450 centimètres de neige à Québec cet hiver alors que le record à battre est de 457 cm de neige.

Cette année, Montréal a reçu 347 centimètres de neige depuis le début de la saison hivernale, alors que la métropole avait reçu 383 centimètres de neige en 1971, un record absolu.

L'hiver 2007-2008 se classe maintenant deuxième depuis que l'on tient des statistiques. Il vient de reléguer au troisième rang l'hiver 1946-1947, où 347 cm de neige avaient recouvert le sol.

20080309_173321_g